Archives par mot-clé : Prospective numérique

Les Nouveaux paradigmes de l’archive : retour en trois questions sur la première saison

Alors que s’ouvre ce lundi 24 février matin la deuxième saison des Nouveaux paradigmes de l’archive dont le thème sera l' »actualité des théories et pratiques professionnelles entre convergences numériques et spécificités des missions historiques », Claire Scopsi (CNAM) et Françoise Lemaire (Archives nationales), membres du conseil scientifique, ont accepté de faire un retour en trois questions sur la richesse des échanges et les perspectives issues de la saison 2019.

Bannière du blog Les Nouveaux paradigmes de l’archive

Pouvez-vous nous présenter le séminaire Nouveaux paradigmes de l’archive ?

Le séminaire Nouveaux paradigmes de l’archive existe depuis janvier 2019. Il résulte du partenariat du Labex Hastec, des Archives Nationales et du laboratoire de recherche Dicen-IDF du Cnam. Nous voulions renforcer la coopération entre les professionnels des archives et les experts du numérique pour mettre en commun nos vocabulaires, nos méthodes et nos réseaux autour de questionnements partagés. C’est ainsi que nous pouvons solliciter des professionnels variés : des chercheurs en sciences de l’information et de la communication et des archivistes bien sûr mais aussi des historiens, des ingénieurs ou des juristes. Le public est aussi divers. Nous avons accueilli des étudiants de master et doctorat, des chercheurs et de nombreux professionnels du patrimoine. Le comité scientifique du séminaire établit chaque année un programme thématique permettant à ces différents profils de réfléchir ensemble aux disruptions liées au numérique et à ses usages, en s’éclairant mutuellement.

Nous sommes très heureux d’accueillir en 2020 un nouveau partenaire, l’École Nationale des Chartes, qui vient élargir le réseau et compléter nos points de vue.

Le numérique brouille les frontières entre les métiers, les filières de traitement et constitue un objet inscrit au cœur de la stratégie des grands établissements patrimoniaux qui doivent être en mesure d’anticiper pour définir leurs politiques de préservation et d’offre de services. Les établissements d’enseignement doivent relever le défi d’adapter leur offre de formation. Disposer d’un espace d’échanges prospectifs et interdisciplinaire est vital. C’est ce qu’offre le séminaire.

Quel bilan tirez-vous des sessions de l’année 2019 ?

Le premier constat, est que quelles que soient nos approches, nous avions des besoins communs… comme nous faire expliquer à quoi sert et comment fonctionne une blockchain[1] par exemple ! Schématiquement nous avons mené 3 types de séances : d’une part une confrontation de nos terminologies et de nos concepts que nous prolongeons en 2020[2]. Puis des séances ciblant les innovations et les ruptures comme le traitement des données de masse, les nouvelles formes de narration ou la mise en ligne des instruments de recherche. Mais nous avons également tenu à souligner la permanence des missions des archivistes. La preuve, ou l’élimination sont des exemples de ces missions qu’il faut faire perdurer en reconfigurant les méthodes autour des nouveaux outils. Cette tension entre permanence et rupture qui caractérise la période actuelle constitue l’ossature du séminaire. L’historique des techniques de traitement documentaire, des normes, des outils informatiques et du web est aussi apparu comme un champ indispensable à analyser si l’on veut concevoir des stratégies pour le numérique alors que celui-ci nous tourne irrépressiblement vers le futur.

[1] Séance du 22 mai 2019 : Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve

[2] Séance du 24 février 2020 : table ronde : Données, métadonnées, documents ? Questions sémantiques

 

Quelle direction pour ce rendez-vous en 2020 ?

Le séminaire se tient alternativement au Cnam à Paris et aux Archives Nationales à Pierrefitte (et bientôt aussi à l’École des Chartes). Mais nous voulions ouvrir les contributions plus largement en les captant et en les diffusant rapidement sur notre web. C’est une expérience réussie, car en deux mois, ce mode d’accès a trouvé son public : Nous comptabilisons en 2019 plus de 6000 consultations de 15 minutes (une intervention) à plus d’une heure pour 17 contributions. Cela nous a donné l’envie de développer cette approche. Au-delà d’un service de « rattrapage » des conférences, nous allons proposer des accès thématiques qui valoriseront ces vidéos sous forme de base de connaissances.

Un grand merci à Claire Scopsi et Françoise Lemaire pour leur retour. Pour suivre l’actualité du séminaire, rendez-vous sur Les Nouveaux paradigmes de l’archive.

La transition bibliographique en bibliothèque, un horizon pour les archives ?

L’installation en avril du SIAF dans ses nouveaux locaux a permis de créer un rendez-vous « Prospective numérique ». Sur le modèle des ateliers « Pérennisation » de VITAM, des « labs » de la CNIL ou du programme DCANT de la DINSIC, nous souhaitons :

  • Faire le lien entre évolutions technologiques et pratiques archivistiques
  • Rapprocher les professionnels intéressés par le numérique
Image Gerd Altmann / Licence CC0 Public Domain / https://www.publicdomainpictures.net/fr/view-image.php?image=212237&picture=monde-numerique

La première séance s’est déroulée le 5 juillet 2019. Emmanuel Jaslier, adjoint à la directrice du département des métadonnées à la BnF, a présenté la « transition bibliographique » en cours dans les bibliothèques. La discussion avec plusieurs experts du programme VITAM, du SIAF et des Archives nationales a ensuite été l’occasion d’envisager les transpositions possibles aux archives et notamment la convergence des outils de production des référentiels.

La Transition bibliographique

Capture d’écran du bandeau du site de la Transition bibliographique

Les catalogues au défi du web

Rendre visible et exploitable la richesse des données en tenant compte de l’évolution des pratiques de recherche sur le web, tel est le défi auquel sont aujourd’hui confrontées les institutions qui donnent accès à leurs ressources en ligne.  

Dès les années 70, les bibliothèques ont entamé une réflexion à l’échelle internationale afin de normaliser la description des documents et échanger les données de leurs catalogues, aboutissant à des normes et des formats communs. Si les standards issus de ces réflexions ont permis le signalement d’un nombre croissant de collections, ils ont en revanche perdu de leur pertinence avec le passage au web sémantique. Ce dernier coïncide avec un tournant où la productivité des requêtes diminue alors que la masse des données continue elle à croître. Dans un tel contexte, l’enjeu n’est plus tant la description du document en lui-même que le positionnement de son contenu au sein d’un réseau significatif de données. Le référencement insuffisant des notices de catalogues de bibliothèque au profit des résultats commerciaux dans les moteurs de recherche est symptomatique de cela.

Courbe d'évolution de la pertinence des requêtes sur le Web en fonction de la quantité de données.
Le Web 3.0 : une réponse à la baisse d’efficacité des requêtes.
Source : présentation BnF

 

Un nouveau modèle de données

Ces constats ont mené à l’élaboration de nouveaux modèles conceptuels basés sur une logique entités-relations pour la description des ressources. Depuis 2015, la profession s’est accordée autour du modèle IFLA-LRM dans lequel toutes les entités sont liées entre elles. Des autorités sont définies de manière autonome (par exemple un titre ou un auteur). Elles sont toutes susceptibles de servir de points d’accès pour l’utilisateur, et sont connectées les unes avec les autres selon les types de relations nécessaires, ce qui facilite considérablement les recherches en langage naturel.

Ces principes ont ensuite été traduits dans le code de catalogage RDA-FR (déclinaison française du code international RDA).

La transition bibliographique, programme national porté par le Comité stratégique bibliographique, consiste donc à implémenter RDA-FR dans les différents catalogues des bibliothèques. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un changement progressif, rythmé par ses livraisons successives depuis 2015. Au-delà de l’établissement de la norme, il s’agit en effet d’une adaptation majeure de la structure des systèmes informatiques  et d’un changement profond des pratiques métier.

Les premières réalisations

Le site data.bnf.fr agrège et organise depuis 2011 les données extraites du catalogue de la bibliothèque nationale selon les technologies du web sémantique. Aujourd’hui, le référencement du site dans les moteurs de recherche en fait le premier point d’accès vers Gallica.

La nouvelle application de catalogage de la BnF, NOEMI (pour Nouer les Œuvres, les Expressions, les Manifestations et les Items), suit les principes du code RDA-FR. Elle va progressivement remplacer l’ancien outil de catalogage.

Un projet à suivre : le Fichier national d’entités

Le Fichier national d’entités (FNE), base centrale destinée à regrouper toutes les entités produites en France par les organismes dépositaires de collections documentaires est un projet porté conjointement par l’Abes et la BnF. En phase pilote depuis 2019 avec un prototypage dans Wikibase, le FNE servira à aligner les données existantes et sera un outil de production national et collaboratif des autorités.

L’existence de ce projet ouvre de nombreuses perspectives d’échanges avec les services d’archives, également grands producteurs de données d’autorité.

Pour aller plus loin

Le site de la Transition bibliographique.

Le support de la présentation BnF du 5 juillet 2019.