Archives par mot-clé : archivage numérique

Identification et validation de formats de fichiers

En réponse à une question du Conseil international des archives (ICA) sur les pratiques françaises, une petite synthèse sur les questions d’identification et validation de formats de fichiers.  Merci à la documentation VITAM et à Marion Ville (VITAM), Lorène Béchard (CINES) et Yannick Grandcolas (BnF) pour leurs retours d’expérience !

File Extension Type – Image libre Image par Shafin Al Asad Protic de Pixabay

Ressources

  1. Le chantier préservation VITAM : http://www.programmevitam.fr/pages/documentation/
  • Identification des formats de fichiers (pdf)
  • Validation du format des fichiers (pdf)
  • Extraction des métadonnées techniques (pdf)
  1. Les pages formats de fichiers et l’outil FACILE du CINES : https://www.cines.fr/archivage/des-expertises/les-formats-de-fichier/
  1. La préservation numérique à la BnF, en particulier les pages métadonnées et formats : https://www.bnf.fr/fr/la-preservation-lheure-du-numerique#bnf-donn-es-et-m-tadonn-es-formats-et-impl-mentation-bnf

L’identification de formats

Les fichiers numériques ont besoin de matériels ou de logiciels adaptés à leur format et en mesure de les identifier pour être utilisables, c’est-à-dire exécutés, consultés, modifiés ou imprimés.

Plusieurs outils et stratégies existent pour identifier la plupart des formats usuels. La plupart de ces outils sont génériques et mis en œuvre par les outils informatiques les plus courants : systèmes d’exploitation, serveurs et navigateurs internet. Les spécialistes de la préservation numérique se sont rapidement mis d’accord sur le fait que ces méthodes génériques étaient insuffisantes pour déterminer précisément à quel type de fichier ils avaient à faire. Ils ont décidé de définir et de mettre en œuvre des méthodes plus sophistiquées

Il existe trois moyens courants d’identifier le format d’un fichier numérique :

  • son extension,
  • les métadonnées techniques qu’il contient – et notamment son type MIME,
  • des caractéristiques récurrentes dans son contenu, véritables « signatures » d’un type de fichier.

La validation

L’objectif de la préservation numérique est de conserver dans le temps des fichiers numériques dans une forme utilisable et exploitable. Pour une plate-forme d’archivage, il est donc important de disposer de mécanismes permettant de vérifier que les fichiers numériques qui lui sont transmis, pour prise en charge sont dans une forme qui sera utilisable et exploitable dans le temps.

La validation des formats est un des mécanismes mis en œuvre pour effectuer cette vérification. Son objectif est de vérifier si un fichier numérique est conforme aux spécifications connues du format, d’un point de vue syntaxique comme sémantique.

Si le format du fichier est déclaré valide, la plate-forme d’archivage pourra être sûre que tout logiciel identifié comme capable de représenter un fichier de ce format sera capable de le faire.

Contrairement à l’identification de format qui se base uniquement sur l’extension ou les « signatures de fichiers », la validation de format nécessite une analyse complète du train de bits et sa comparaison avec les spécifications. À ce titre, le coût en puissance de calcul de la validation est bien supérieur à celui de l’identification et se rapproche de celui d’une transformation.

La validation de format se décompose souvent en deux niveaux :

  • la vérification qu’un fichier est bien formé (well-formed), ce qui relève de la syntaxe ;
  • la vérification qu’un fichier est valide (valid), ce qui relève de la sémantique.

Les outils

  • Outils de caractérisation des fichiers utilisés à la BnF (Bibliothèque nationale, avec des « filières d’entrée » bien déterminées) :
    • EpubCheck (livres numériques au format EPUB)
    • Jpylyzer (JPEG2000)
    • JHOVE (Images, XML, HTML)
    • MediaInfo (vidéo et son)
    • JWAT-Tools (archives de l’internet)
    • Tika (PDF, bureautique)
  • Au CINES
    • La caractérisation des fichiers se fait avec Droid.
    • L’outil interne FACILE est la base du validateur de formats.
    • La validation utilise des validateurs spécialisés : Jhove, ImageMagick, ffmpeg, …
  • Chez VITAM
    • La caractérisation des formats en entrée du système utilise Siedgfired
    • Un autre outil de gestion des versements (en amont du SAE donc) développé par le programme VITAM. RESIP, utilise Droid.
    • Le logiciel VITAM livre quelques outils (griffons), chaque projet peut en utiliser d’autres.
      • ImageMagick : validation et extraction de métadonnées
      • Jhove : validation
      • VeraPDF : validation
      • ODF validator : validation
      • Siegfried : identification
      • Tesseract : extraction de métadonnées.
      •  Dans la documentation VITAM, on trouvera également les résultats de tests avec Droid et Validroid (outil développé par Jean-Séverin Lair, non publié, combinant plusieurs outils de validation : BFFOffice, ImageMagick, JHOVE, ODF Toolkit, OpenXML,veraPDF), Tika.

Oui, mais…

Attention, les systèmes d’identification des formats peuvent être volontairement déjoués, qu’il s’agisse de l’extension ou de système des marqueurs ou « signatures » de format,  qui peuvent être présents dans un fichier d’un autre type, soit accidentellement soit exprès : voir par exemple  ici (en anglais) ou un ingénieur Google a créé un fichier (sans contenu) susceptible d’être reconnu comme « appartenant » à 29 formats différents, sans pour autant être valide en regard d’aucune spécification correspondant : lorsqu’une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une bonne mesure…

Evolution du SEDA : reprise des travaux

Les comités SEDA se sont arrêtés en 2018 après la publication de la version 2.1, mise à jour significative de la deuxième génération du standard. En 2019, les utilisations opérationnelles du SEDA ont fait émerger des points d’amélioration à cette version 2.1. Réunie au SIAF le 7 janvier dernier, l’édition 2020 du comité a dessiné les orientations de travail pour faire évoluer le standard. Voici son compte-rendu. 

Entités représentées

  • SIAF
  • Archives nationales
  • Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
  • Ministère des Armées (SHD et DPMA)
  • Vitam
  • BnF
  • Cines
  • Maarch
  • Arkhineo
  • Xdemat
  • API SAS
  • Mintika
  • Libriciel Scop

Ordre du jour

  • Besoins en termes d’évolution de la dernière version du SEDA 2.1 

  • Organisation du nouveau comité

Discussions 

La dernière version du SEDA 2.1 (juin 2018) a vocation à rester la version de référence pour l’archivage numérique en France. Sans évolution de sa structure fondamentale, elle mérite néanmoins un travail de retouche:

  • Mise à jour de la documentation (par des exemples d’utilisation et/ou des explicitations)

  • Evolution de balises ciblées (revoir la cardinalité par exemple)

  • L’ajout de balises dans le cas limité où les RETEX font apparaître un manque (ex. un « bénéficiaire » d’un dossier d’aide sociale), ou la précision de l’usage d’une balise pour un usage coordonné entre services.

  • Le dictionnaire des balises mériterait d’être valorisé.

L’idée de créer une cartographie des différentes versions du SEDA utilisées au sein des institutions a été émise. Il a également été proposé qu’un outil de migration soit systématiquement mis en place lors de la publication d’une nouvelle version du SEDA.

Typologie

Il serait intéressant de produire des listes de métadonnées (techniques et de gestion) minimales selon le type de contenu que l’on traite : audiovisuel (images, vidéos, enregistrements sonores, etc.), mails. Pour les données structurées en revanche cela s’avère plus compliqué, cela relèverait plutôt d’un travail prospectif à plus long terme.

Référentiels

Les besoins diffèrent selon les communautés d’utilisateurs (Ministères, collectivités…). On observe souvent la création de référentiels locaux qui peuvent nuire à une utilisation généralisée du SEDA. Il faut encourager l’utilisation des référentiels existants et mieux les signaler.

Besoin de publication de listes de codes, par exemple sur les restrictions d’accès et DUA quand elles ne sont pas exprimées en durée.

Possibilité de faire un référentiel commun de durées de DUA pour les collectivités ? Cela semble difficile car la DUA peut dépendre de la politique d’archivage du producteur.

Ouvrir le format du standard 

Le schéma conceptuel du SEDA a été pensé pour du XML. Or certains formats comme le JSON peuvent être plus appropriés pour appréhender les objets.

Question : est-il possible d’admettre les deux formats (ou plus), tout en garantissant leur adhérence ?

🡺A étudier de manière prospective. Le Cines, qui a développé un générateur de profils, a travaillé sur un schéma de l’ensemble du SEDA en JSON. Le JSON est généré manuellement mais vérifiable par l’intermédiaire d’un parser.

Concernant, les profils d’archivage, comment faire évoluer l’outil Sherpa : versions du SEDA, validation des profils ?

🡺Questions qui seront à clarifier aux cours des prochaines discussions.

N. B.: une feuille de route sur les outils du SIAF est en cours d’élaboration en interne. Elle prend en compte Sherpa, l’outil en ligne d’aide à la création de profils (en SEDA 2.0).

La volonté que Resip puisse générer un profil une fois que le manifeste est créé a été évoquée.

La formation et la documentation

Le constat est partagé que le standard peut sembler d’un abord complexe et susciter des réticences chez les utilisateurs. La majorité des parties prenantes du comité a eu l’occasion de faire des formations ou de produire de la documentation (Vitam particulièrement).

🡺 La mise en commun de ces expériences serait bénéfique. Il faudrait produire une documentation à deux niveaux, un premier présentant les grands principes du SEDA, son intérêt etc. et un second plus expert avec un accès facilité cependant.

A ce sujet, la page web dédiée au SEDA nécessite des corrections, des mises à jour et une amélioration de la mise à disposition (exemple : URL pérenne pour le xsd) des schémas et des feuilles de style.

Un volet prospectif

Pour anticiper l’impact sur le SEDA de l’aboutissement des chantiers d’envergure pour la description archivistique que sont le modèle conceptuel Records in Context, lié à l’EAD, ainsi que le Fichier national d’entités (FNE), référentiel national d’autorités partagé.

Relevé de décisions 

  • Tout ce qui concerne le site SEDA en général relève de la responsabilité du SIAF (site adossé au portail France Archives).

  • Organisation d’un espace de travail pour le partage des documents.

  • Constitution de groupes de travail dédiés à des thématiques spécifiques, coordonnés par le Bureau de l’archivage numérique, des normes et des référentiels du SIAF : 

  • un groupe dédié à l’évolution des balises
  • un groupe consacré aux questions des évolutions techniques du SEDA : interopérabilité, ouverture au JSON etc.
  • un groupe de réflexion sur la formation/information autour du SEDA (mise en commun des expériences et des supports, travail sur les supports, révision de la présentation du dictionnaire des balises).
  • un groupe de prospective, chargé notamment de la veille sur l’avancée des projets RiC / FNE, l’évaluation de l’impact pour le SEDA.

Compte-tenu des mesures de confinement actuelles, la réunion du groupe de travail sur les balises, initialement prévue pour le 1er avril, a été reportée à une date pour le moment inderteminée. A suivre ! 

Les Nouveaux paradigmes de l’archive : retour en trois questions sur la première saison

Alors que s’ouvre ce lundi 24 février matin la deuxième saison des Nouveaux paradigmes de l’archive dont le thème sera l' »actualité des théories et pratiques professionnelles entre convergences numériques et spécificités des missions historiques », Claire Scopsi (CNAM) et Françoise Lemaire (Archives nationales), membres du conseil scientifique, ont accepté de faire un retour en trois questions sur la richesse des échanges et les perspectives issues de la saison 2019.

Bannière du blog Les Nouveaux paradigmes de l’archive

Pouvez-vous nous présenter le séminaire Nouveaux paradigmes de l’archive ?

Le séminaire Nouveaux paradigmes de l’archive existe depuis janvier 2019. Il résulte du partenariat du Labex Hastec, des Archives Nationales et du laboratoire de recherche Dicen-IDF du Cnam. Nous voulions renforcer la coopération entre les professionnels des archives et les experts du numérique pour mettre en commun nos vocabulaires, nos méthodes et nos réseaux autour de questionnements partagés. C’est ainsi que nous pouvons solliciter des professionnels variés : des chercheurs en sciences de l’information et de la communication et des archivistes bien sûr mais aussi des historiens, des ingénieurs ou des juristes. Le public est aussi divers. Nous avons accueilli des étudiants de master et doctorat, des chercheurs et de nombreux professionnels du patrimoine. Le comité scientifique du séminaire établit chaque année un programme thématique permettant à ces différents profils de réfléchir ensemble aux disruptions liées au numérique et à ses usages, en s’éclairant mutuellement.

Nous sommes très heureux d’accueillir en 2020 un nouveau partenaire, l’École Nationale des Chartes, qui vient élargir le réseau et compléter nos points de vue.

Le numérique brouille les frontières entre les métiers, les filières de traitement et constitue un objet inscrit au cœur de la stratégie des grands établissements patrimoniaux qui doivent être en mesure d’anticiper pour définir leurs politiques de préservation et d’offre de services. Les établissements d’enseignement doivent relever le défi d’adapter leur offre de formation. Disposer d’un espace d’échanges prospectifs et interdisciplinaire est vital. C’est ce qu’offre le séminaire.

Quel bilan tirez-vous des sessions de l’année 2019 ?

Le premier constat, est que quelles que soient nos approches, nous avions des besoins communs… comme nous faire expliquer à quoi sert et comment fonctionne une blockchain[1] par exemple ! Schématiquement nous avons mené 3 types de séances : d’une part une confrontation de nos terminologies et de nos concepts que nous prolongeons en 2020[2]. Puis des séances ciblant les innovations et les ruptures comme le traitement des données de masse, les nouvelles formes de narration ou la mise en ligne des instruments de recherche. Mais nous avons également tenu à souligner la permanence des missions des archivistes. La preuve, ou l’élimination sont des exemples de ces missions qu’il faut faire perdurer en reconfigurant les méthodes autour des nouveaux outils. Cette tension entre permanence et rupture qui caractérise la période actuelle constitue l’ossature du séminaire. L’historique des techniques de traitement documentaire, des normes, des outils informatiques et du web est aussi apparu comme un champ indispensable à analyser si l’on veut concevoir des stratégies pour le numérique alors que celui-ci nous tourne irrépressiblement vers le futur.

[1] Séance du 22 mai 2019 : Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve

[2] Séance du 24 février 2020 : table ronde : Données, métadonnées, documents ? Questions sémantiques

 

Quelle direction pour ce rendez-vous en 2020 ?

Le séminaire se tient alternativement au Cnam à Paris et aux Archives Nationales à Pierrefitte (et bientôt aussi à l’École des Chartes). Mais nous voulions ouvrir les contributions plus largement en les captant et en les diffusant rapidement sur notre web. C’est une expérience réussie, car en deux mois, ce mode d’accès a trouvé son public : Nous comptabilisons en 2019 plus de 6000 consultations de 15 minutes (une intervention) à plus d’une heure pour 17 contributions. Cela nous a donné l’envie de développer cette approche. Au-delà d’un service de « rattrapage » des conférences, nous allons proposer des accès thématiques qui valoriseront ces vidéos sous forme de base de connaissances.

Un grand merci à Claire Scopsi et Françoise Lemaire pour leur retour. Pour suivre l’actualité du séminaire, rendez-vous sur Les Nouveaux paradigmes de l’archive.

Bilan du dispositif AD-Essor 2014-2016 : compte-rendu de la journée du 16 avril 2019

Comment accompagner au mieux les collectivités territoriales dans le développement de l’archivage électronique ? En 2014, les Archives de France ont inauguré le dispositif d’appel à projet AD-Essor, destiné à soutenir les initiatives en matière d’archivage électronique dans les territoires. Lié au programme VITAM, l’appel à projet connaît en 2018-2019 sa dernière édition. Le bilan en est très positif : 141 projets ont pu être soutenus entre 2014 et 2019 pour un total de plus de trois millions d’euros, et le tour de France de l’archivage numérique, exécuté en parallèle de l’appel à projet pour sensibiliser les acteurs, a permis de toucher plus de 450 services en deux ans.

Un appel à participation lancé auprès de l’ensemble des bénéficiaires de l’appel à projet depuis 2014 a permis de réunir plus d’une quarantaine de personnes dans les locaux de la DINSIC. Les Archives de France ont été accompagnées pour cet événement des membres du programme DCANT, dans la continuité de la coopération engagée depuis plusieurs années avec la DINSIC sur le sujet de l’archivage électronique.

La journée a été articulée en deux temps : une séance plénière le matin afin de présenter les travaux de synthèse et de bilan menés par le SIAF sur la question et des ateliers l’après-midi autour de trois thèmes : Quelle forme pour le futur appel à projet ? Comment capitaliser sur les retours d’expérience des porteurs de projet ? Quel périmètre pour le futur appel à projet ?

Les échanges du matin ont permis de faire émerger des idées et d’enrichir les perspectives des ateliers de l’après-midi : les problématiques de l’hébergement, des relations avec les éditeurs de solutions, de la normalisation ou encore de la mise en réseau ont ainsi été abordés.

Ces échanges vont nourrir et compléter le bilan effectué au début de l’année par les Archives de France sur le dispositif AD-Essor et plus largement sur l’archivage électronique dans les services publics d’archives territoriaux. Ce bilan sera diffusé dès sa finalisation sur le portail FranceArchives.

Le SIAF tient à remercier l’ensemble des participants pour leur contribution à cette réflexion, ainsi que les collègues de la DINSIC, pour leur aide et leur co-animation.

Les résultats de l’atelier « Quelle forme pour le futur appel à projet ? »

Voici la synthèse des réflexions menées dans les trois ateliers.

Quel périmètre pour le futur appel à projet ?

En amont de l’appel à projet :

  • Un accompagnement en amont de la constitution du dossier serait utile pour identifier le cadre réglementaire et juridique de l’archivage électronique ;
  • Un accompagnement en amont de la constitution du dossier serait utile pour que les candidats soient informés des projets, notamment les dispositifs mutualisés, déjà existants, afin de mener leur projet en cohérence avec leur contexte et d’éviter l’éparpillement et la concurrence entre les projets.
  • La mutualisation ne doit pas être un point bloquant pour participer, mais un « bonus » si elle est envisagée ;
  • Quid des collectivités ne possédant pas de service d’archives ? Elles sont pour le moment exclues du périmètre mais peut-être un système de chef de file, notamment en lien avec les centres de gestion, pourrait-il permettre de les réintégrer dans le dispositif ;

Il a été fait le choix pour le dispositif AD-Essor de ne pas poser de contrainte dans le contenu des projets d’archivage électronique. L’idée d’appels à projet thématiques a été soulevée durant l’atelier. L’objectif est de prioriser les domaines de collecte en matière d’archivage électronique.

  • Les collectivités pourraient candidater sur un thème précis, poursuivi pendant une ou plusieurs années.
  • Ces thèmes pourraient notamment porter sur un flux en particulier, en lien avec les missions archives dans les ministères et les cartographies des systèmes d’information déjà réalisées dans certaines structures.

Postes pouvant entrer dans le périmètre de l’appel à projet :

  • Les études préalables aux projets sont souvent indispensables pour des questions politiques et pédagogiques. Il serait néanmoins utile de capitaliser sur l’ensemble des travaux déjà réalisés jusqu’ici pour permettre aux collectivités d’avoir accès à un tronc commun d’informations et de dégager dans l’étude ce qui est le plus spécifique et intéressant pour leur cas précis. Remarque : Les études actuelles ont tendance à manquer d’expertise en matière technique. Pour coordonner les demandes de ces études, peut-on imaginer un marché à l’échelle nationale ?
  • Tout le monde est d’accord pour réintégrer la formation dans le périmètre, avec prudence cependant : doit-elle être un moyen de former les utilisateurs ou permettre à des profils spécialisés de monter en compétence ?
  • Il pourrait être intéressant d’inclure des coûts RH dans le périmètre, dans la mesure où l’animation de réseau et l’expertise sont des éléments décisifs pour la pérennité des projets. Ces éléments induisent néanmoins de la complexité dans le dispositif, tant du point de vue de sa mise en place que de son contrôle ;
  • Il est également utile que les infrastructures demeurent dans le périmètre des coûts subventionnables, pour peu qu’il soit possible de s’assurer qu’elles sont bien dédiées aux activités d’archivage électronique. Leur dimensionnement est un élément complexe mais important à prendre en compte ;
  • Les connecteurs et développements doivent être au maximum génériques et réutilisables, au minimum recensés afin que les porteurs de projet sachent ce qui a déjà été réalisé dans le passé.

Autres remarques :

  • Le futur dispositif doit favoriser et soutenir l’accompagnement humain des projets, sur le court et moyen terme pour éviter d’avoir des outils sous-utilisés.
  • La question des collectivités sans services d’archives constitués pose la question des conditions de dépôt des archives électroniques aux Archives départementales : alors que le dépôt des archives papier est gratuit, est-il possible de prévoir une formule payante pour l’électronique ?
  • Le dispositif doit être accompagné de groupes de travail à l’échelle nationale, et encadré par des textes réglementaires (circulaires comme celle sur les pièces comptables).
  • Le dispositif doit permettre également aux projets de s’adapter aux évolutions normatives. En parallèle, un dialogue peut être mené avec les éditeurs pour préparer les évolutions dans le domaine.

Les objectifs finaux que doit permettre d’atteindre le dispositif sont la continuité des missions de collecte menées dans l’univers papier et la constitution d’archives définitives.

Quelle forme pour le futur appel à projets ?

La première idée débattue est celle des modalités d’instruction du dossier :

  • Le fait d’avoir deux interlocuteurs, SIAF et DRAC, complexifie les échanges et le calendrier (celui-ci est déjà serré, surtout lorsque la collectivité fait passer une délibération sur la participation à l’appel à projet).
  • Pouvoir affecter les crédits en investissement ou en fonctionnement permettrait davantage de souplesse dans leur utilisation.
  • Associer la DINSIC à l’instruction des dossiers pourrait apporter une plus-value d’expertise et permettre une meilleure circulation de l’information à l’interministériel.

La question du calendrier a été abordée ensuite : même si les délais serrés encouragent le projet à avancer rapidement, le planning annuel est court pour des projets de cette ampleur. Il faudrait pouvoir envisager un planning sur deux ans.

Le groupe a ensuite constaté que le nom de l’appel à projet n’était pas très parlant, notamment pour les DSI et la hiérarchie. Ils proposent par exemple « Démat’ Essor » pour gagner en visibilité et bénéficier d’une image plus compréhensible par les non-archivistes.

Un des atouts de l’appel à projets est le portage Archives/DSI, qui associe les deux entités sur le projet de SAE, permet éventuellement un apport budgétaire côté DSI et plus globalement un engagement conjoint qui permet une meilleure conduite de projet.

Plusieurs idées ont émergé autour de la question de la mutualisation :

  • Elle ne doit pas être un prérequis obligatoire afin de ne pas bloquer de projets mais un « bonus » lors de l’examen des dossiers.
  • Afin de favoriser les échanges et les partages d’expérience, la réutilisation des livrables et des résultats des projets doit être pensée en amont, « by design ».
  • Dans la même perspective, l’utilisation et le développement de logiciels libres doivent être favorisés afin de favoriser l’émergence de biens collectifs.

Les modalités concrètes de mise en œuvre de l’appel à projet ont fait l’objet des idées suivantes :

  • Sélectionner des cibles thématiques afin de réaliser les objectifs d’une politique publiques en quelques années. Attention cependant, toutes les collectivités ne sont pas mûres en même temps sur les mêmes sujets, doivent-elles pour autant être exclues de facto de l’appel à projet s’il est exclusivement thématique ?
  • Essayer de remédier à l’effet de seuil observé pour les petites collectivités : comment les sensibiliser ? réfléchir à un service globalisé afin de rendre un service pour le moment encore largement inexistant.
  • Le dépôt des dossiers devrait s’accompagner d’un dialogue en amont avec le SIAF pour favoriser le rapprochement avec d’autres projets, aider au calibrage et rendre le projet le plus complet et le plus efficace possible. Dans le même objectif, les réunions de restitution des porteurs de projet pourraient associer les porteurs de l’année en cours.

Les principales cibles identifiées par les participants étaient les suivantes : simplifier la procédure, créer des ressources communes afin de favoriser la montée en compétence, l’interopérabilité et la baisse des coûts, favoriser les projets d’archivage électronique dans les petites collectivités et optimiser les dynamiques qui existent déjà.

Comment capitaliser sur les retours d’expérience ?

Les idées du dernier atelier se déclinent elle aussi en plusieurs thèmes :

  • La publication des résultats des appels à projet permettrait une réutilisation par les projets suivants mais aussi une communication auprès des décideurs, utile pour favoriser le portage des projets auprès des associations d’élus et des éditeurs de logiciels.
  • A été soulignée l’importance de partir des besoins métier (« user-centricity ») plutôt que de la vision des archivistes, en associant largement la DSI, le DPO et les producteurs d’archives. La DSI pourrait être notamment acculturée grâce à des webinaires sur le sujet de l’archivage électronique.
  • Au sein de cette équipe-projet pluridisciplinaire, il est ensuite important de permettre un accompagnement et de la formation, notamment grâce à la mise en relation entre porteurs de projets.
  • Plusieurs outils peuvent favoriser les échanges entre les acteurs : une plate-forme (qui requiert de l’animation et de la modération) ou encore des groupes de travail thématiques. Cela permettrait des échanges sur les travaux déjà menés pour ne pas passer du temps sur des questions déjà résolues ainsi qu’une meilleure coordination dans les échanges avec des éditeurs de logiciels.
  • Se pose par ailleurs la question de l’échelon territorial le plus adapté pour des réunions en présentiel, toujours précieuses pour animer un réseau : la région ?

Les objectifs visés sont multiples : gagner du temps tout au long du processus, mieux dialoguer avec les entreprises de services numériques et les éditeurs de logiciel pour optimiser les coûts, valoriser l‘archivage dans la transformation numérique des institutions, s’inscrire dans la gouvernance et le cycle de vie de la donnée, faire travailler les porteurs de projet sur l’essentiel, notamment en matière d’études de cadrage.

Avant de mettre en œuvre ces idées, il est indispensable de réfléchir à leur application dans un contexte de diversité territoriale et institutionnelle très importante mais aussi à la coordination entre les échelons national et territorial.

D’un standard national d’échange de données pour l’archivage à un projet de norme ISO

Les Archives de France élaborent le dispositif réglementaire et normatif qui permet aux services publics d’archives d’assurer leurs missions, notamment concernant l’archivage numérique. C’est ainsi que depuis 2006, elles maintiennent et font évoluer un Standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA) visant à faciliter les échanges entre les systèmes d’information des services publics d’archives et de leurs partenaires (administrations productrices d’archives publiques, utilisateurs…). Le SEDA constitue aujourd’hui un élément de structuration fort pour les services qui l’utilisent dans la mesure où le formalisme utilisé permet de contrôler finement les échanges, les objets qui sont échangés et une partie des accords établie dans les conventions entre les services qui échangent des données. Inscrit dans le Référentiel général d’interopérabilité (RGI), le SEDA fait partie des standards sur lesquels s’appuie la solution logicielle d’archivage numérique VITAM en cours de développement.

Pour consolider ces apports, les Archives de France ont travaillé et continuent à œuvrer dans plusieurs directions. Du point de vue de la gouvernance du standard, un comité de pilotage a été mis en place regroupant différents acteurs ayant déjà une expérience de la mise en œuvre du SEDA. Du point de vue de l’outillage, un outil a été spécialement conçu pour aider à la création de modèles de description associés à une typologie d’archives – les profils – (SHERPA). Enfin, après deux révisions successives, respectivement en 2010 et 2012, le SEDA a fait l’objet d’une normalisation dans le cadre de la commission « interopérabilité technique » (CN46-4) de l’Association française de normalisation (Afnor). Cette démarche normative était souhaitée tant par les services d’archives publics que les prestataires de tiers-archivage ayant obtenu l’agrément du ministère de la Culture pour la conservation d’archives publiques numériques pendant l’âge courant et intermédiaire ou encore les éditeurs de solutions logicielles. D’autres communautés (banques, éditeurs de coffres-forts numériques) manifestaient également leur intérêt pour une telle initiative. Le processus de normalisation s’est donc déroulé tout au long de l’année 2013, un groupe d’experts étant constitué au sein de la CN46-4 à partir de volontaires issus du comité de pilotage du SEDA et suite à un appel à participation diffusé par l’Afnor. Les travaux ont abouti à la publication, en janvier 2014, de la norme NF Z 44-022 « Modélisation des Échanges de DONnées pour l’Archivage » ou MEDONA.

Le processus de normalisation s’est poursuivi, avec le portage de la norme MEDONA auprès de l’Organisation internationale de normalisation (ISO). En lien avec les objectifs de l’État en termes de simplification administrative et de dématérialisation, le portage à la normalisation internationale de la norme Afnor répondait à plusieurs objectifs :

  • lui conférer une portée internationale et limiter ainsi le risque de se voir imposer une norme non compatible venue d’ailleurs ;
  • augmenter le rayonnement de la norme en élargissant le marché des éditeurs de logiciels qui la mettront en œuvre et faire baisser les coûts d’investissement pour les administrations qui voudront réaliser des versements dans des systèmes d’archivage numérique ;
  • élargir le domaine d’application des archives à toute entité chargée d’assurer à terme la pérennisation d’objets numériques (musées, bibliothèques) et au secteur privé (retrait des spécificités du secteur public) ;
  • renforcer et promouvoir l’expertise française en matière d’archivage numérique.

Relativement complexe, le processus s’est déroulé en cinq phases s’accompagnant à chaque fois du vote des pays membres de l’ISO : proposition, préparation, comité, enquête et approbation. La nouvelle norme  ISO 20614 « Protocole d’échange de données pour l’interopérabilité et la préservation » (DEPIP) a donc été publiée en novembre 2017 en anglais et en français, et la norme NF ISO 20614 vient de l’être à son tour.

Tout au long du processus de normalisation ISO, la principale difficulté a été de trouver un équilibre entre les attentes des pays et organisations membres du sous-comité sur l’interopérabilité du comité technique « Information et documentation » (TC46/SC4) et le respect du consensus auquel la commission nationale CN46-4 était parvenue. L’enjeu était de ne pas remettre en cause les implémentations et les spécifications auxquelles la norme MEDONA a déjà donné lieu. Ces échanges à un niveau international ont néanmoins entraîné des évolutions significatives. En effet, la norme ISO 20614 ne concerne plus seulement les services d’archives mais son périmètre a été élargi à toute entité chargée d’assurer à terme la pérennisation d’objets numériques. De plus, la norme DEPIP est davantage alignée sur d’autres normes, notamment le modèle de référence pour un système ouvert d’archivage d’information (OAIS), ce qui a amené à revoir la terminologie et les concepts utilisés. Une liaison a par ailleurs été établie avec le TC20/SC13 « Systèmes de transfert des informations et données spatiales », qui est chargé de maintenir la norme OAIS, afin de faciliter le rapprochement entre les deux textes. La nouvelle norme NF prévoit également le développement de profils normalisés internationaux propres à un domaine ou génériques spécifiant différents niveaux d’interopérabilité qui pourront être développés en soutien aux responsables de la mise en œuvre de la norme. Enfin, le XML n’est plus la seule possibilité pour implémenter DEPIP, d’autres technologies (JSON) sont possibles et les parties les plus techniques ont été sorties de la norme (schéma xsd, cas d’usage figurant dans les annexes de MEDONA) pour être mises à disposition sur un site ISO qui sera enrichi progressivement d’exemples de mise en œuvre.

Un webinaire, organisé le 2 mai prochain par l’Afnor, sera l’occasion de revenir sur le déroulement du projet, ses différents acteurs et les évolutions significatives de la norme NF Z 44-022 à la norme NF ISO 20614.

Claire SIBILLE – DE GRIMOÜARD,
Sous-directrice de la politique archivistique.

Service interministériel des archives de France

 

NIVEAU DE
FORMALISATION

PÉRIMÈTRE

SEDA

Standard

Services publics
d’archives

MEDONA

Norme française
(NF Z 44-022)

Tout service
d’archives

DEPIP

Norme
internationale (NF ISO 20614

Tout entité
chargée d’assurer la conservation d’archives
numériques