Archives de catégorie : Enjeux numériques

Trois outils contribuant à l’archivage numérique

Voici une présentation rapide d’Archifiltre, Octave et ReSip pour vous permettre de construire votre stratégie de traitement des documents numériques.

Evaluation, tri, traitements, descriptions, envoi vers un système d’archivage électronique, chaque outil a sa personnalité et ses ensembles de fonctionnalités cohérentes.

Après quelques éléments de présentation, un tableau des principales fonctionnalités couvertes par les versions de septembre 2019 vous permettra un premier aperçu. N’hésitez pas à essayer, et à suivre l’évolution de ces logiciels !

  • Son manifeste : L’objectif d’ArchiFiltre est de proposer à tout utilisateur de fichiers bureautiques un outil de visualisation d’arborescences complètes afin de pouvoir les appréhender rapidement en vue de les décrire, les organiser, les trier et aussi les enrichir en apportant de la contextualisation et de la qualification aux documents.
  • Son histoire : l’outil est né en 2018 dans le cadre du programme « entrepreneurs d’intérêt général » (porté par la DINSIC). Depuis avril 2019, il a rejoint l’Incubateur des ministères sous forme de startup d’Etat et les développements se poursuivent (corrections d’anomalies, nouvelles fonctionnalités). Le chef de produit (responsable du pilotage de l’équipe projet) est le bureau des archives (également mission des archives de France auprès des ministères sociaux). L’outil est libre et gratuit et se construit en fonction des besoins exprimés par les utilisateurs.
  • L’équipe du produit peut être contactée à l’adresse archifiltre@sg.social.gouv.fr.
  • Où le trouver : https://archifiltre.github.io/ (application en téléchargement)
  • Un peu de technique : V12 Lucky Llama est une application locale, exécutable à la fois sur des postes en 32 bits et en 64 bits sans installation, la version 64 bits est disponible également sous Linux ; la V8, dernière version utilisable par navigateur web (Chrome ou Firefox) est toujours accessible sur le site.
  • Le code est entièrement accessible sur github (https://github.com/SocialGouv/archifiltre) et ouvert aux contributions.

 

  • Son manifeste : Outil de Constitution et de Traitement Automatisé des Versements Électroniques (OCTAVE) permet à l’archiviste de traiter après import des arborescences bureautiques (dédoublonnage, tri, fusion, classement, renommage), d’enrichir les métadonnées et de constituer des SIP aux formats SEDA 1 et SEDA 2.1 accompagné d’un manifeste xml, tout en pouvant produire bordereau de récolement et d’élimination
  • Son histoire : il est le fruit d’un certain nombre d’actions menées par le SIAF pour répondre à la problématique du vrac bureautique et notamment l’animation en 2015 d’un groupe de travail transverse et d’un recueil de cas d’usage, un benchmark international des outils de préparation des versements déjà existants, pour prendre une tournure concrète avec le démarrage de développements en novembre 2017. Tests, échanges avec les utilisateurs, séances de sensibilisation ont permis de faire des ajustements et d’aboutir à la présente version qui a été l’objet d’un audit de sécurité informatique commandé par le RSSI du Ministère de la Culture à Ernst & Young.
  • Contact : le SIAF rassemble les retours d’expérience sur OCTAVE à l’adresse archivage.numerique.siaf@culture.gouv.fr
  • Où le trouver : https://francearchives.fr/fr/article/88482499 (Téléchargeable  accompagné d’un manuel d’utilisation)
  • Un peu de technique : Version de septembre 2019 basée sur la version 5.3 de Docuteam Packer, logiciel libre, développé en Java par la société Docuteam https://www.docuteam.ch/fr/.

 

RESIP
  • Son manifeste : L’application ReSIP, construite au-dessus de la bibliothèque sedalib, permet de construire et manipuler des structures arborescentes d’archives, d’en éditer les métadonnées, de les importer et exporter sous la forme de SIP, sous la forme de hiérarchie disque ou encore sous forme csv pour les plans de classement. Elle peut prendre en compte des fichiers bureautiques ou des conteneurs de messagerie.
  • Son histoire : L’objectif était initialement de créer un outil pour faciliter le travail de recette des archivistes de l’équipe Vitam. En effet, dans le cadre des développements Agile, ils sont amenés à tester les développements réalisés à l’issue de chaque itération et donc à effectuer de multiples tests d’entrées de paquets d’archives (SIP) dans Vitam. Au commencement des développements en 2016, ces jeux de tests étaient réalisés manuellement rendant très long et fastidieux le travail de recette. Un outil, le « générateur Seda » a donc été créé pour industrialiser la réalisation des jeux de tests. Cette moulinette, rapidement adoptée par les archivistes de l’équipe projets Vitam et des projets utilisateurs, a été plébiscitée et priorisée pour en faire un réel outil de production pour la préparation des entrées d’archives. Les fonctionnalités en ont été améliorées et complétée au fil des itérations, aboutissant à l’actuel RESIP.
  • Contact : contact@programmevitam.fr
  • Où le trouver: http://www.programmevitam.fr/pages/ressources/resip/
  • Un peu de technique : version courante 1.10.0-SNAPSHOT compilée le 01/09/2019, fichier exécutable portable nécessitant la présence de Java 8, une version Linux est disponible également.
Tableau des fonctionnalités d’Archifiltre, Octave et Resip, septembre 2019
Tableau des fonctionnalités d’Archifiltre, Octave et Resip, septembre 2019

Un outil pour traiter les vracs bureautiques : OCTAVE

Les Archives de France travaillent actuellement au développement d’un Outil de Constitution et de Traitement Automatisé des Vracs Électroniques (OCTAVE). Basé sur le logiciel Docuteam Packer, développé en java et téléchargeable à cette adresse, OCTAVE permettra à l’archiviste de transformer ses arborescences bureautiques en SIP aux formats SEDA 1 et SEDA 2.

Lors de l’import de l’arborescence, tirée d’un disque dur ou d’un support amovible, le logiciel génèrera des alertes en cas de format de fichier inconnu de la base DROID (outil d’identification de formats développé par les Archives nationales au Royaume-Uni et téléchargeable en suivant ce lien).  Les noms de fichiers trop longs ou comportant des caractères spéciaux seront formatés (en conservant dans les métadonnées le nom d’origine) . L’archiviste pourra alors ensuite modifier manuellement l’arborescence (renommage, ajouts, suppressions, attributions de niveaux de description, métadonnées descriptives, imports de référentiels). Des attributs “corbeille” et “restitution” permettront de signaler les documents d’archives destinés à l’élimination ou à la restitution, le temps de la procédure de contrôle. OCTAVE permettra enfin d’exporter plusieurs types de documents liés au paquet : métadonnées aux formats xml et csv, rapport d’élimination, rapport de restitution, récolement, logs et SIP au format SEDA.

Interface du logiciel OCTAVE : à gauche l’arborescence bureautique, à droite les champs de métadonnées.

Si vous désirez des informations complémentaires, n’hésitez pas à contacter Marion Humbert (marion.humbert@culture.gouv.fr), cheffe de projet OCTAVE au Service interministériel des Archives de France.

D’un standard national d’échange de données pour l’archivage à un projet de norme ISO

Les Archives de France élaborent le dispositif réglementaire et normatif qui permet aux services publics d’archives d’assurer leurs missions, notamment concernant l’archivage numérique. C’est ainsi que depuis 2006, elles maintiennent et font évoluer un Standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA) visant à faciliter les échanges entre les systèmes d’information des services publics d’archives et de leurs partenaires (administrations productrices d’archives publiques, utilisateurs…). Le SEDA constitue aujourd’hui un élément de structuration fort pour les services qui l’utilisent dans la mesure où le formalisme utilisé permet de contrôler finement les échanges, les objets qui sont échangés et une partie des accords établie dans les conventions entre les services qui échangent des données. Inscrit dans le Référentiel général d’interopérabilité (RGI), le SEDA fait partie des standards sur lesquels s’appuie la solution logicielle d’archivage numérique VITAM en cours de développement.

Pour consolider ces apports, les Archives de France ont travaillé et continuent à œuvrer dans plusieurs directions. Du point de vue de la gouvernance du standard, un comité de pilotage a été mis en place regroupant différents acteurs ayant déjà une expérience de la mise en œuvre du SEDA. Du point de vue de l’outillage, un outil a été spécialement conçu pour aider à la création de modèles de description associés à une typologie d’archives – les profils – (SHERPA). Enfin, après deux révisions successives, respectivement en 2010 et 2012, le SEDA a fait l’objet d’une normalisation dans le cadre de la commission « interopérabilité technique » (CN46-4) de l’Association française de normalisation (Afnor). Cette démarche normative était souhaitée tant par les services d’archives publics que les prestataires de tiers-archivage ayant obtenu l’agrément du ministère de la Culture pour la conservation d’archives publiques numériques pendant l’âge courant et intermédiaire ou encore les éditeurs de solutions logicielles. D’autres communautés (banques, éditeurs de coffres-forts numériques) manifestaient également leur intérêt pour une telle initiative. Le processus de normalisation s’est donc déroulé tout au long de l’année 2013, un groupe d’experts étant constitué au sein de la CN46-4 à partir de volontaires issus du comité de pilotage du SEDA et suite à un appel à participation diffusé par l’Afnor. Les travaux ont abouti à la publication, en janvier 2014, de la norme NF Z 44-022 « Modélisation des Échanges de DONnées pour l’Archivage » ou MEDONA.

Le processus de normalisation s’est poursuivi, avec le portage de la norme MEDONA auprès de l’Organisation internationale de normalisation (ISO). En lien avec les objectifs de l’État en termes de simplification administrative et de dématérialisation, le portage à la normalisation internationale de la norme Afnor répondait à plusieurs objectifs :

  • lui conférer une portée internationale et limiter ainsi le risque de se voir imposer une norme non compatible venue d’ailleurs ;
  • augmenter le rayonnement de la norme en élargissant le marché des éditeurs de logiciels qui la mettront en œuvre et faire baisser les coûts d’investissement pour les administrations qui voudront réaliser des versements dans des systèmes d’archivage numérique ;
  • élargir le domaine d’application des archives à toute entité chargée d’assurer à terme la pérennisation d’objets numériques (musées, bibliothèques) et au secteur privé (retrait des spécificités du secteur public) ;
  • renforcer et promouvoir l’expertise française en matière d’archivage numérique.

Relativement complexe, le processus s’est déroulé en cinq phases s’accompagnant à chaque fois du vote des pays membres de l’ISO : proposition, préparation, comité, enquête et approbation. La nouvelle norme  ISO 20614 « Protocole d’échange de données pour l’interopérabilité et la préservation » (DEPIP) a donc été publiée en novembre 2017 en anglais et en français, et la norme NF ISO 20614 vient de l’être à son tour.

Tout au long du processus de normalisation ISO, la principale difficulté a été de trouver un équilibre entre les attentes des pays et organisations membres du sous-comité sur l’interopérabilité du comité technique « Information et documentation » (TC46/SC4) et le respect du consensus auquel la commission nationale CN46-4 était parvenue. L’enjeu était de ne pas remettre en cause les implémentations et les spécifications auxquelles la norme MEDONA a déjà donné lieu. Ces échanges à un niveau international ont néanmoins entraîné des évolutions significatives. En effet, la norme ISO 20614 ne concerne plus seulement les services d’archives mais son périmètre a été élargi à toute entité chargée d’assurer à terme la pérennisation d’objets numériques. De plus, la norme DEPIP est davantage alignée sur d’autres normes, notamment le modèle de référence pour un système ouvert d’archivage d’information (OAIS), ce qui a amené à revoir la terminologie et les concepts utilisés. Une liaison a par ailleurs été établie avec le TC20/SC13 « Systèmes de transfert des informations et données spatiales », qui est chargé de maintenir la norme OAIS, afin de faciliter le rapprochement entre les deux textes. La nouvelle norme NF prévoit également le développement de profils normalisés internationaux propres à un domaine ou génériques spécifiant différents niveaux d’interopérabilité qui pourront être développés en soutien aux responsables de la mise en œuvre de la norme. Enfin, le XML n’est plus la seule possibilité pour implémenter DEPIP, d’autres technologies (JSON) sont possibles et les parties les plus techniques ont été sorties de la norme (schéma xsd, cas d’usage figurant dans les annexes de MEDONA) pour être mises à disposition sur un site ISO qui sera enrichi progressivement d’exemples de mise en œuvre.

Un webinaire, organisé le 2 mai prochain par l’Afnor, sera l’occasion de revenir sur le déroulement du projet, ses différents acteurs et les évolutions significatives de la norme NF Z 44-022 à la norme NF ISO 20614.

Claire SIBILLE – DE GRIMOÜARD,
Sous-directrice de la politique archivistique.

Service interministériel des archives de France

 

NIVEAU DE
FORMALISATION

PÉRIMÈTRE

SEDA

Standard

Services publics
d’archives

MEDONA

Norme française
(NF Z 44-022)

Tout service
d’archives

DEPIP

Norme
internationale (NF ISO 20614

Tout entité
chargée d’assurer la conservation d’archives
numériques

Journées AD-Essor 2017 de retours d’expérience sur les projets de SAE

Les journées des 30 mars et 6 avril 2017 ont réuni, dans les locaux du ministère de la Culture, l’ensemble des porteurs des projets subventionnés au titre du troisième appel à projet lancé en 2016. Elles ont été l’occasion de faire le point sur l’état d’avancement de chaque projet en rapport avec les objectifs annoncés dans le dossier de demande de subvention et d’échanger au sujet des enjeux, difficultés et perspectives autour de ceux-ci.

L’appel à projet AD-ESSOR 2016 a permis de subventionner 21 projets portés en majorité par des services d’Archives départementales, mais également par des Archives municipales et communautaires ou par un syndicat mixte, pour un total de 446 253 €. La majorité de ces projets s’appuie sur des dispositifs mutualisés et touche à la mise en place d’un SAE intermédiaire et définitif.

Les différents porteurs de projet subventionnés ont présenté leur situation et leur état d’avancement. Les journées des 30 mars et 6 avril ont été l’occasion d’échanger sur des questions transverses partagées par les participants dont le présent compte rendu se propose de faire la restitution. Continuer la lecture de Journées AD-Essor 2017 de retours d’expérience sur les projets de SAE

Journée régionale AD-Essor Bretagne

Le 8 décembre dernier s’est tenue une réunion en région Bretagne sur l’archivage numérique organisée par le Service interministériel des archives de France (SIAF) et les Archives départementales du Morbihan. Cet événement a été initié dans le cadre du projet ministériel AD-ESSOR, qui, pour favoriser le développement de l’archivage électronique dans les services publics d’archives territoriaux, dans le contexte du programme VITAM, comporte l’organisation d’un « tour de France » sur la question.

ad_essor_bretagne2

I. L’archivage numérique dans le département du Morbihan

Continuer la lecture de Journée régionale AD-Essor Bretagne