Lancement d’une concertation nationale sur l’évaluation et la collecte des archives publiques

Quelles archives collecter aujourd’hui et transmettre demain aux générations futures ? C’est le débat qu’a lancé Françoise Nyssen, ministre de la culture, le 8 février 2018, lors d’une matinée organisée par les Archives de France au Conseil économique, social et environnemental.

En effet, de nombreux signaux en provenance des services publics d’archives et le récent rapport de Christine Nougaret, Une stratégie nationale pour la collecte et l’accès aux archives publiques à l’ère numérique, amènent à s’interroger sur la pertinence et la qualité des documents collectés aujourd’hui, sur la base de principes et de méthodes élaborés pour l’essentiel au moment de la parution de la première loi sur les archives, en 1979. Dans le même temps, les usagers demandent une plus grande transparence sur les processus de tri, de sélection et d’élimination menés par les archivistes.

« Nous ne ferons pas d’économie sur notre mémoire » a déclaré d’emblée la ministre qui a dissocié le débat sur les archives des nécessités budgétaires, tout en plaidant pour « un débat de société » rassemblant bien au-delà de la stricte communauté archivistique.

La première étape de ce débat se déroulera sur une plateforme de consultation accessible à tous sur internet et qui s’ouvrira le 16 avril prochain. La concertation se poursuivra ensuite au sein du Conseil supérieur des archives et fera l’objet d’une restitution au public au début de l’année 2019.

Restitution sonore de la matinée débat du 8 février 2018 : « Évaluation et collecte des archives publiques : vers une politique renouvelée ? »

Retrouvez ici les enregistrements sonores des différentes interventions* :

Mot d’accueil de M. Patrick Bernasconi, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Discours de Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture.

Allocution d’ouverture de M. Hervé Lemoine, directeur chargé des Archives de France.

Table-ronde 1 : « Craindre ou espérer ? Les enjeux de la collecte et de l’évaluation au prisme des archivistes ». Animée par Catherine Junges, cheffe du bureau du contrôle et de la collecte des archives publiques au Service interministériel des Archives de France avec Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales, Céline Guyon, première vice-présidente de l’association des archivistes français, Mireille Jean, directrice des Archives départementales du Nord, et Hélène Laverdure, directrice de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Table-ronde 2 : « Craindre ou espérer ? Les enjeux de la collecte et de l’évaluation au prisme des usagers des archives ». Animée par Bruno Galland, directeur des Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon avec Thierry Chestier, président de la Fédération française de généalogie, Antoine Djikpa, président de l’association professionnelle Généalogistes de France, Gilles Morin, historien et président du comité des usagers des Archives nationales, Annette Wieviorka, historienne et membre du Conseil supérieur des archives.

Débat

Discours de clôture de M. Jean-Louis Debré, président du Conseil supérieur des Archives.

 

* Dans le cadre de cette mise en ligne, l’accord des intervenants a été sollicité.

 

Le bureau du contrôle et de la collecte des archives publiques, Service interministériel des Archives de France.


Une réflexion au sujet de « Lancement d’une concertation nationale sur l’évaluation et la collecte des archives publiques »

  1. Les usagers comprennent rarement les contraintes du métier d’archiviste et voudraient que tout soit d’un clic accessible et gratuit alors même que les crédits se resserrent et que nous ne pouvons tout numériser. Je pense à cette personne qui voulait que l’on ressorte pour elle une pièce annexe à l’état civil éliminée depuis longtemps et qui protestait, sans comprendre la raison, pourtant simple : on ne peut tout conserver ! Le numérique bouscule effectivement les services mais plutôt dans un sens de désorganisation totale. Dans les services également, il y a de plus en plus de difficultés liées à la pression immédiate d’usagers et l’on repousse des tâches de méthodes qui sont pourtant indispensables à effectuer.
    Cela conduit à créer des postes de « médiation » nombreux, interfaces entre les archivistes, les fonds et les usagers, ainsi qu’à diversifier l’offre aux publics pour favoriser l’accessibilité à tous les âges de la vie, avec les rudes réalités d’une fracture numérique qui s’agrandit de jour en jour.
    Si l’on répond à un usager en le renvoyant à un site par exemple, il ne pourra pas forcément comprendre comment accéder à l’information à supposer qu’il ait un ordinateur chez lui ou à proximité. On observe dans les ateliers beaucoup de personnes qui détiennent un outil sans savoir s’en servir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *