Congrès 2015 de la SAA. Episode 4 : le programme de Coopérative SNAC

Du 16 au 22 août derniers a eu lieu le Congrès annuel de la Société des archivistes américains (SAA) à Cleveland sur le thème « the Ideas, the People, the Tools ». A cette occasion, les groupes chargés de la normalisation de la description archivistique et de son encodage se sont réunis et des projets spécifiques comme le modèle conceptuel pour la description archivistique ou la Coopérative d’autorité ont été présentés.

Anila Angjeli (BnF) a assisté au Congrès. Nous vous proposons de découvrir en quatre épisodes le résumé qu’elle a eu la gentillesse de nous transmettre.

Episode 4 : lancement du Programme de Coopérative SNAC

En août dernier, le lancement de « Social Networks and Archival Context (SNAC) Cooperative Program » a été annoncé (1). A l’origine projet de recherche, SNAC (2) devient ainsi progressivement un vaste programme coopératif, international, durable. L’objectif est de créer une infrastructure technique, administrative et organisationnelle innovante, robuste et durable, qui permettra aux archivistes de coopérer au niveau international pour la création et le maintien des descriptions de personnes, collectivités et familles – éléments clés du contexte archivistique – en partageant la charge de travail. Pour les chercheurs et autres utilisateurs de ressources historiques, la promesse est de leur offrir à terme un accès intégré sur Internet à ces ressources, peu importe leur localisation en sites et répertoires dispersés.

Depuis 2010, SNAC s’est efforcé de prouver l’intérêt économique et scientifique à séparer les descriptions des personnes, collectivités ou familles (3) des descriptions des documents d’archives eux-mêmes et à relier l’ensemble des informations entre elles. Le projet trouve ses sources d’inspiration dans les observations suivantes. Les documents d’archives sont le produit des activités humaines. En tant que tels, ils sont le témoignage des réseaux sociaux, professionnels, intellectuels dans lesquels les individus ou les groupes ont vécu et travaillé. SNAC s’est employé à mettre en lumière les contextes biographiques et sociaux de ces individus ou groupes, tels que reflétés dans les ressources archivistiques, mais aussi les interconnexions entre ces individus ou groupes entre eux.

Pour ce faire, SNAC s’est appuyé sur les technologies avancées de traitement en masse de données. Les informations sur les personnes, collectivités et familles ont été extraites de dizaines de milliers d’instruments de recherche, mis à la disposition du projet par de multiples institutions et consortia (4). Les données relatives à la même entité ont été appariées de manière algorithmique et compilées dans des descriptions formatées en EAC-CPF. Les noms des entités ont été enrichis de variantes de nom issues de VIAF. Les descriptions ont été ensuite liées entre elles et aussi aux instruments de recherche dont elles sont issues. Le résultat de ce réseau d’interconnexions est visible dans un prototype de recherche. Les outils logiciels développés dans le cadre du projet sont open-source.

Dans cette phase, SNAC a réussi à prouver la valeur pour la recherche en histoire et autres sciences humaines d’un accès intégré aux informations dispersées dans des instruments de recherche et répertoires isolés. De plus, le projet a révélé le potentiel économique et intellectuel inestimable d’une telle approche pour transformer les pratiques-mêmes de description archivistique, et centraliser et partager les descriptions des personnes, collectivités et familles relatives aux documents d’archives. Mais, pour réaliser cette vision, il est inenvisageable de s’appuyer seulement sur les traitements automatiques. La collaboration directe des professionnels et la mobilisation de leur savoir-faire sont essentielles.

C’est ainsi que progressivement a pris forme l’idée de la mise en place d’une coopérative pour la description archivistique. Jerry Simmons (8) a présenté une vue générale de la chronologie du projet de la coopérative et a annoncé les axes de travail pour les deux ans à venir.

Deux subventions successives ont permis d’en financer l’étude et la planification et une troisième a permis le financement du lancement de la phase pilote 2015-2017 (9). Le secrétariat sera assuré par la National Archives and Records Administration (NARA) et l’infrastructure technique sera hébergée par l’Institute for Advanced Technology in the Humanities de l’Université de Virginie en collaboration avec la California Digital Library. Quatorze institutions des plus prestigieuses aux États-Unis participeront à cette phase pilote, parmi lesquelles la Library of Congress, la New York Public Library, la Getty Research Institute, la Smithsonian Institution, le American Museum of Natural History, l’Université de Harvard et celui de Yale, et bien d’autres. Il est bien souligné que la Coopérative vise une portée internationale, mais dans cette phase pilote elle se limitera à recueillir seulement des expressions d’intérêt à participer de la part d’autres institutions, aux États-Unis et dans le monde.

Le travail durant la phase pilote sera centré sur la mise en place de l’infrastructure administrative et de la gouvernance, sur la définition des modalités de participation pour les membres, sur les interfaces de travail pour les utilisateurs, sur les guides pour les contenus concernés et sur l’infrastructure technique.

snac

SNAC : du projet R&D à un programme coopératif de description archivistique

Anila Angjeli (BnF)

(1) Voir l’annonce sur le site officiel de SNAC. L’annonce a été également diffusée largement sur les canaux de communication professionnels, notamment sur la liste EAD.
(2) Pour information complète sur le projet SNAC et son évolution, voir le site officiel.
(3) Sont concernés non seulement les entités personnes, collectivités ou familles dans leur rôle de producteurs d’archives mais aussi toute autre personne, collectivité ou famille dont les documents d’archives font part de quelque manière que ce soit et dont le nom est mentionné dans les instruments de recherche qui décrivent ces documents.
(4) La liste des contributeurs de données est disponible à cette adresse. Notez que les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France ont également fourni des données pour le prototype.
(8) Responsable du travail de contrôle d’autorité à la NARA et chargé de piloter l’instruction des questions de la gouvernance de la coopérative.
(9) En 2011, subvention par Institute of Museum and Library Services (ILMS). En 2014, subventions par Andrew W. Mellon Foundation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *