Transmettre et partager les actions de préservation numérique : l’initiative PAR (Preservation Action Registry)

Article rédigé pour la Cellule nationale de veille sur les formats par Bertrand Caron (BnF) avec le concours de Dominique Naud (SIAF)

Nous avions, dans un précédent billet, parlé de l’initiative du DDHN pour proposer un site de formalisation et de partage de la politique de formats entre les institutions de conservation néerlandaises. Côté français, la BnF a publié en octobre 2021 sa politique de formats et les Archives nationales ont relaté leur stratégie de préservation qui recense les formats acceptés, tolérés ou refusés pour la collecte. Mais, une fois cette politique définie par l’institution, comment l’implémenter  afin qu’elle puisse être partagée par d’autres, et comment échanger ces méthodes éprouvées entre institutions ?

Le projet PAR

Lancée en 2018, l’initiative PAR  (Preservation action registry traduisible par Registre d’action de préservation) est portée par plusieurs éditeurs de solutions de préservation numérique (Archivematica, Arkivum, Preservica), sur financement initial du Joint Information Systems Committee et avec le soutien technique de l’Open Preservation Foundation.  Elle a pour objectif d’enregistrer et de garder la mémoire, dans un formalisme commun, des actions de préservation entreprises par les institutions de conservation dans un but d’échange de bonnes pratiques.

Qu’est-ce qu’une action de préservation?

La préservation numérique consiste en un ensemble de processus visant à permettre un accès aux objets numériques sur le long terme. Loin de se limiter à un simple stockage des données numériques sur un support, elle nécessite la mise en œuvre de nombreuses actions mêlant étroitement des compétences documentaires et techniques.

Parmi ces activités, certaines directement liées aux formats se prêtent particulièrement bien à l’automatisation partielle ou totale : la validation des fichiers au regard de leur spécification, la caractérisation (analyse des propriétés du fichier et extraction de métadonnées internes) ou encore la transformation par exemple par conversion de format organisée en amont et/ou pendant la période de conservation.

Prenons un exemple.

La BnF reçoit des fichiers TIFF compressés avec la méthode LZW. Or, d’après sa politique formats, elle n’accepte que des TIFF comprenant un flux image non compressé. Avant d’intégrer ces fichiers dans un Paquet d’informations à verser (SIP), elle doit donc réaliser une opération de normalisation consistant à décompresser le flux contenu dans le fichier TIFF. Elle détermine que l’outil le plus adapté pour cette opération est la commande tiffcp de la bibliothèque logicielle LibTIFF. Comme il s’agit d’un outil en ligne de commande, elle détermine également la ligne de commande utilisée pour réaliser cette transformation :

libtiff -c none [fichierCompresseLZWSource] [fichierResultatDecompresse]

De la même façon que les cuisiniers s’échangent des recettes de cuisine, les archivistes numériques doivent pouvoir s’échanger des méthodes : un nom de recette (« Décompresser un TIFF LZW »), un ou plusieurs ingrédients (un fichier TIFF compressé en LZW), un ou plusieurs outils (la commande tiffcp), une ou plusieurs actions à mener (la description du procédé, la ligne de commande), un résultat (un fichier TIFF non compressé).

Note : la métaphore culinaire est utilisée par plusieurs initiatives, dont le FFmpeg Cookbook for Archivists, qui décrit plusieurs « recettes » d’utilisation du logiciel de transformation vidéo FFMPEG pour les besoins des archivistes.

Certains processus plus complexes se traduisent en « recettes » à étapes multiples. Ainsi, un processus d’acquisition de messageries électroniques pourrait comporter les étapes suivantes :

  1. Extraction de messages individuels à partir d’un fichier PST ;
  2. Extraction des pièces jointes ;
  3. Identification du format des pièces jointes ;
  4. Transformation des pièces jointes ;
  5. Création d’un Paquet d’informations sous forme d’un fichier ZIP.

Note : le rapport publié en 2018 par le CLIR (Council of Library and information resources) «The Future of Email Archives» décrit et schématise plusieurs scénarios utilisés par différentes institutions nord-américaines.

Ce sont précisément ces « recettes » et leurs composants que PAR vise à mutualiser et formaliser afin de pouvoir les partager.

PAR : un modèle, des outils mais aussi des limites

Le modèle de données

Afin de rendre le registre exploitable par les machines, celui-ci doit se baser sur un modèle de données riche qui reflète la diversité des actions de préservation. Il s’appuie pour cela sur certaines initiatives existantes comme le vocabulaire contrôlé des types d’événements maintenu par le PREMIS Editorial Committee

Figure 1. Modèle conceptuel de PAR

Le modèle de données de PAR décrit donc :

  • Des actions de préservation ;
  • Réalisées avec des outils ;
  • Selon des paramètres donnés ;
  • Portant sur des fichiers ou des objets (des ensembles de fichiers ayant une cohérence documentaire) ;
  • À condition que ces fichiers aient un format spécifique ;
  • Produisant et se fondant sur des propriétés des objets ou des fichiers, qui ensemble forment un profil de l’objet/fichier source ou résultat de l’action.

Les outils

Le projet a développé un registre conforme au modèle de données et une API pour l’interroger. Afin d’y avoir accès, il est nécessaire d’adresser une demande à l’OPF. L’API permet de synchroniser le registre avec les sources d’information (registres d’actions de préservation locales d’Archivematica, Arkivum et Preservica, Wikidata).

Le développement étant open source, il est également possible d’y contribuer : https://github.com/openpreserve/par.

Les limites

Il est nécessaire d’être conscient des limites de l’initiative afin d’en tirer le meilleur profit. Le risque principal est d’y voir non pas des politiques institutionnelles, fondées sur un contexte et des besoins spécifiques, mais des recommandations. Il est donc d’autant plus important de bien analyser les règles métier (business rules) accompagnant chaque action de préservation, qui ont vocation à décrire le contexte historique et institutionnel dans lequel ces actions sont menées, et d’évaluer le degré de compatibilité avec son contexte propre.

 

Pour aller plus loin

Addis (Matthew), Simpson (Justin), Tilbury (Jonathan) et al., « Digital Preservation Interoperability through Preservation Actions Registries » (2018). URL : https://figshare.com/articles/Digital_Preservation_Interoperability_through_Preservation_Actions_Registries/6628418/1. Consulté le 3 août 2022.



Citer ce billet
Dominique Naud (2022, 3 novembre). Transmettre et partager les actions de préservation numérique : l’initiative PAR (Preservation Action Registry). Modernisation et archives. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u5yr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.