Les formats, une préoccupation internationale : l’exemple du Netwerk Digitaal Erfgoed

Article rédigé pour la Cellule nationale de veille sur les formats par Bertrand Caron (BNF) et Dominique Naud (SIAF)

Dans le billet du 6 août 2020 https://siaf.hypotheses.org/1501, était traitée la question de l’identification et de la validation des formats de fichiers, le sujet n’est pas épuisé loin de là !

Il s’avère en effet essentiel de bien connaître les formats pour que puisse être envisagée une véritable pérennisation, c’est-à-dire la possibilité de conserver dans le temps des fichiers numériques dans une forme utilisable et exploitable.

C’est la raison d’être de la Cellule nationale de veille sur les formats (CNVF), créée en France en 2019 et regroupant plus d’une dizaine d’institutions publiques ayant dans leurs missions la préservation numérique ainsi que des acteurs du secteur privé ou des experts invités.

Constituée sous l’égide du groupe PIN, la Cellule poursuit des objectifs multiples et ambitieux : mutualiser les savoir-faire et expertises sur les formats de fichiers, produire des recommandations concrètes et diffusables ainsi que des outils d’analyse afin de servir d’aide à la décision dans la mise en place des politiques de préservation des établissements, diffuser de l’information, développer la traduction de ressources, mutualiser la veille, contribuer et influer sur les outils, et enfin être un relais entre l’échelon national et l’échelon international.

C’est dans ce cadre que des rencontres virtuelles avec l’acteur incontournable de la préservation aux Pays-Bas, le Netwerk Digitaal Erfgoed (en anglais : Dutch Digital Heritage Network, DDHN) ont pris place en 2021.

Rassemblant des dizaines d’institutions patrimoniales, d’instituts de recherche, de partenariats et d’organisations de la connaissance issus de différents domaines aux Pays-Bas, il constitue un véritable réseau qui a pu s’appuyer en 2019-2020 sur la feuille de route définie dans la stratégie nationale pour le patrimoine numérique des Pays-Bas.

« Faire partie du Dutch Digital Heritage Network signifie travailler selon certains principes et passer de la “pensée institutionnelle” à la “pensée réseau”. » https://www.dpconline.org/events/digital-preservation-awards/dpa2020-ddhn

Parmi les nombreux travaux du DDHN, il est possible de relever :

  • Une approche nationale pour la mise en œuvre d’identifiants pérennes pour les institutions patrimoniales, basée sur la collaboration avec des fournisseurs de logiciels pour mettre en œuvre des services d’identification pérenne dans leurs systèmes de gestion des collections ;
  • Un guide pour le développement de politiques de préservation, fondé sur les éléments de politique de préservation du projet SCAPE ;
  • Un aperçu national de l’état de préservation des informations numériques stockées sur des supports dits volatiles (CD, DVD, bandes, disques magnétiques). Sur la base de ces informations, le DDHN élabore une carte des risques à ajouter à la liste des digitally endangered species (« espèces numériquement menacées ») et deux ou trois unités fonctionnelles informatiques performantes à l’intention des organismes patrimoniaux pour la création d’images disque à partir de leurs supports volatiles ;
  • Le Virtual Research Environment, machine virtuelle embarquant une sélection des outils de préservation numérique les plus couramment utilisés, en coopération avec l’Open Preservation Foundation (OPF) ;
  • Un guide interactif permettant aux institutions de définir et de publier leur politique sur les formats de données dans une perspective de préservation à long terme.

Ce dernier point intéressait particulièrement la CNVF qui a organisé une séance d’échanges à ce sujet le 18 février 2021 lors de laquelle les collègues néerlandais ont présenté ce projet. L’outil, en cours de réalisation, permet aux institutions de publier de manière homogène leurs préférences en matière de formats de fichiers ainsi que leur niveau de connaissance des différents formats de fichiers. L’infrastructure technique est l’outil Semantic MediaWiki, un wiki publiant ses données selon les standards du web sémantique.

La définition étape par étape d’une « politique formats » consiste tout d’abord à définir les types de contenu (texte, image, son, vidéo, jeux de données, données cartographiques, etc.) pour lesquels l’organisation a une mission de conservation, puis à évaluer l’importance de chacun des formats de ce type de contenu au regard de ses missions, de son public et de ses producteurs.

Note : les captures d’écran suivantes montrent des pages traduites automatiquement par Google, d’où les approximations, notamment dans les noms des formats !

Figure 1. Etapes 1 et 2 de l’élaboration de la politique formats :
définition des domaines, familles de format et importance

Au terme de cette première étape, l’institution obtient un graphique sur deux axes : l’importance des types de contenu et l’évaluation de la durabilité des formats associés (cette dernière, chiffrée, étant fournie par la NARA).

Figure 2. Graphique présentant chaque format sélectionné selon son importance
pour l’organisation et sa durabilité

Chaque point représente un format ; les formats situés dans le quart en haut à droite étant évidemment à privilégier (haute importance et durabilité satisfaisante). Le graphique ci-dessus représente le résultat obtenu par le Nederlands Instituut voor Beeld en Geluid (en anglais : Netherlands Institute for Sound and Vision).

Il est ensuite possible pour l’institution de qualifier chaque format selon sa politique et son niveau de connaissance. Les valeurs pour la politique sont les suivantes :

  • Format préféré : format privilégié par l’institution pour ce type de contenu ;
  • Format accepté : format accepté par l’institution, si la situation le justifie ;
  • Format historique : le format correspond à des données obtenues par l’institution dans le passé, mais des données dans ce format ne sont plus acceptées dans une perspective de préservation à long terme.

Pour le niveau de connaissance, les niveaux sont les suivants :

  • Format connu : le format est bien connu et maîtrisé par l’institution, qui dispose d’outils et de compétences pour le lire, l’exploiter, l’analyser, le transformer ;
  • Format identifié : l’institution est capable d’identifier ce format, mais ne dispose pas d’outils et de compétences suffisantes pour le préserver ;
  • Format stocké : l’institution ne sait pas identifier le format. Les données dans ce format font l’objet d’une simple préservation du train d’octets.
Figure 3. Etapes 3 et 4 : définition de la politique et
du niveau de connaissance par format

L’objectif de ce processus est la publication de la politique de formats de l’organisation sous forme d’une page de synthèse présentant les préférences et le niveau de connaissance de l’organisation en termes de formats.

Figure 4. Page publique présentant la politique de formats
d’une organisation

Suivez ce lien pour consulter le résultat publié de ce processus pour l’organisation DANS, le centre national néerlandais d’expertise sur les données de la recherche.

Un prochain billet vous parlera de l’utilisation du Preservation Action Registry (registre d’actions de préservation, dit PAR), piloté par une équipe issue des organisations Preservica, Actefactual, Archivum et l’Open Preservation Foundation dont le DDHN nous a parlé le 15 mars 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.