Retour sur le MOOC « records management et dématérialisation »

J’ai débuté fin mars 2020, donc en plein confinement, un stage long au SIAF devant conclure une scolarité « Master 2 Archives numériques » à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib). Les premières semaines à distance m’ont permis de suivre des formations complémentaires aux enseignements de l’école, dont les MOOCs du CR2PA et du Cnam.

Voici un retour QQOQCP sur le plus récent de ces « cours en ligne ouverts et massifs » (Massive Open Online Course), celui de l’INTD-Cnam sur le records management et la dématérialisation, pour jauger les caractéristiques de ces nouvelles formes d’enseignements.

Qui ?

Les cours furent assurés par Thibault Ribba, consultant dématérialisation, gestion de la valeur probatoire et archivage électronique pour Xdemat et maître de conférence associé à l’INTD-Cnam. 

 Au fil des séquences, plusieurs intervenants prirent le relai sur des sujets précis : 

– Noureddine Lamriri, vice-président expertise produit pour Everteam et coordinateur ISO du groupe de travail qui traite de la gouvernance de l’information (S1-4 : la gouvernance de l’information et des données) ; 

– Roger Rimenez, président du cabinet Xdemat (S3-2 et S3-3 : la GED, S4-1 : la signature électronique) ; 

– Alain Broustail, président et cofondateur de la société de conseil Blockchain EZ (S4-2 : la Blockchain) ; 

– Charles de Ternay, consultant en dématérialisation et archivage électronique pour Xdemat (S5-2 et S5-3 : le SAE). 

Cette formation était une production du Cnam. 

Quoi ? 

Le MOOC s’intitulait « Records management et dématérialisation » mais abordait également l’archivistique et la description, la GED, la Blockchain, le RGPD, les formats de fichiers. 

Où ?

Il était accessible sur la plate-forme France Université Numérique.

Quand ? 

La première session du MOOC s’étala sur cinq semaines entre le 2 mars et le 5 avril 2020. 

Comment ? 

Le MOOC se présenta sous forme de séquences de cours (vingt au total), chaque séquence se composant d’une vidéo, d’un QCM de compréhension et d’un questionnaire d’évaluation de la séquence. Les vidéos étaient téléchargeables (1080p, 720p ou 480p), sous-titrées et retranscrites au format TXT. 

Le dispositif pédagogique fut le même pour l’ensemble des vidéos : l’intervenant occupait le coin inférieur droit de l’écran et utilisait un diaporama affiché en arrière-plan. En plus d’adapter la vitesse de défilement des diapositives à son discours, l’intervenant pouvait écrire sur celles-ci à l’aide d’un stylet afin de mettre en valeur un élément ou ajouter une précision. 

Chaque cycle de séquences se concluait par un test hebdomadaire. Un espace de discussion (similaire à un fil de publications) et des rendez-vous en direct avec l’enseignant furent également proposés. 

Pourquoi ? Pour qui ? 

La vidéo de présentation du MOOC partait du stéréotype qui définit les archives comme « quelque chose de poussiéreux » afin de mieux le balayer et souligner leur diversité ainsi que leur actualité. Thibault Ribba évoquait ensuite plusieurs notions (records management, dématérialisation, gestion de la preuve, archivage électronique, signature électronique, blockchain) et déclarait que la formation était destinée à ceux qui s’intéressent « au futur du records management, à la gestion de la preuve ou à l’archivage électronique ». Le prérequis était tout de même « [d’]avoir une connaissance technique informatique de premier niveau ou une connaissance archivistique de premier niveau ». 

Notons que la participation au MOOC pouvait déboucher sur l’obtention d’une attestation de suivi (gratuite) ou d’une certification payante. 

Bilan

Le cours « Records management et dématérialisation » abordait une grande diversité de sujets.  Toutefois, avec un format d’enseignement aussi condensé que celui imposé par le système MOOC, il s’avéra difficile d’étudier en profondeur tous les éléments (d’autant plus lorsque certains de ceux-ci, comme l’encodage XML ou le RGS, figuraient dans les intitulés des séquences mais pas dans les séquences elles-mêmes).  Ainsi, un renvoi vers plus de ressources complémentaires eût été judicieux : soit des documents conçus spécialement pour le MOOC (glossaires, exemples développés, études de cas) soit davantage de références bibliographiques et sitographiques.

Le déroulement progressif des « semaines » était assez structuré pour permettre un apprentissage par séquences, même si certaines auraient pu être davantage articulées autour de concepts clés définis en semaine 1 : c’est le cas pour la notion de records, qui apparut dès le début du MOOC (et parfois sous la dénomination « documents d’activité », sans qu’un lien fût clairement établi entre les deux) mais dont les spécificités en tant qu’archives et par rapport aux autres documents ne furent explicitées, par le biais de la théorie des trois âges, qu’au cours de la dernière semaine. À l’inverse, les cours consacrés aux rappels de l’archivistique prirent place très tôt dans le MOOC et les concepts ne furent pas intégrés dans la continuité des séquences, ce qui put entraîner une certaine confusion chez les participants sans prérequis en archivistique (le MOOC s’adressant également à un public disposant d’une formation initiale IT). 

En synthèse, la diversité des sujets qui formaient ce MOOC représentait sa principale qualité. S’il se voulait, en effet, une entrée en matière dans le domaine de la gestion de documents et d’archives, il dressait un panorama suffisamment complet des notions, normes, méthodes et outils à connaître à l’heure actuelle, tout en proposant des séquences moins attendues mais particulièrement actuelles, à l’image de celles sur la gouvernance de l’information ou encore la Blockchain. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.