Etude du NDSA sur le format PDF/A-3

Le consortium NDSA (National Digital Stewardship Alliance) vient de publier une étude sur les avantages et les risques de l’utilisation par les institutions de conservation du nouveau format de fichier PDF/A-3. Cette étude relève une fonctionnalité nouvelle de ce format qui conduit à reconsidérer notre perception des normes de la série PDF/A. Les précédentes normes PDF/A-1 et PDF/A-2 se présentaient comme des contraintes appliquées respectivement aux spécifications des formats PDF1.4 et PDF1.7 de nature à garantir la préservation de l’apparence visuelle statique de documents mis en page. Cette garantie de conservation était mise en oeuvre en restreignant des fonctionnalités (par exemple: impossibilité de mettre des scripts) et en faisant en sorte que le document soit auto-porteur c’est-à-dire porte en lui même toutes les informations nécessaires à son interprétation (par exemple: encapsulation de polices).

Le format PDF/A-2 ouvrait la possibilité d’encapsuler dans un document, d’autres fichiers, à la condition que ceux-ci soient eux-même des fichiers PDF/A bien formés. Cette possibilité d’encapsulation de contenus a été élargie dans le nouveau format PDF/A-3, lui permettant de contenir n’importe quel format binaire. Cette ouverture permet de nouveaux usages (encapsulation des sources ayant donné lieu au document mis en page, encapsulation d’autres formes de représentation de l’information, encapsulation de métadonnées dans des formats divers, encapsulation d’outils, etc.), mais ouvre aussi une brèche du point de vue de la conservation en encapsulant dans une forme bien maitrisée des contenus potentiellement moins maitrisés. On peut aussi se demander si cette dérive ne rapproche pas ainsi le format PDF de formats conteneur de type zip ou tar.

L’étude décrit quelques cas d’utilisation réalistes en donnant à chaque fois les avantages et inconvénients de l’usage du format PDF/A-3. Nous retenons de cette étude que ce nouveau format peut correspondre à des usages. Par exemple, ce qui est appelé dans la norme “hybrid archiving” mélange au sein d’un même conteneur PDF/A-3 un contenu de l’information mis en page dans une représentation à pérenniser et d’autres contenus potentiellement équivalents qui ne sont pas forcément à pérenniser sur la même durée. Cet usage permettrait d’archiver au plus tôt une information tout en conservant des usages qui disparaitront dans le temps. Dans les inconvénients, nous retiendrons que l’utilisation dans un contexte d’archivage de ce nouveau format introduit une plus grande complexité technique pour sa validation mais aussi pour la gestion de l’information (par exemple le cycle de vie peut être différent d’un contenu à l’autre au sein d’un même document) et demande donc d’encadrer très finement son utilisation (précision des formats acceptables, utilisation des métadonnées prévues à cet effet pour décrire le type de relation entre le document et ses pièces jointes, description des règles de gestion des contenus, etc.).

L’étude est téléchargeable à l’adresse: http://www.digitalpreservation.gov/ndsa/working_groups/documents/NDSA_PDF_A3_report_final022014.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">